29 07 16
Cracovie. Et si l

Cracovie. Et si l’on se tapait quelques restaurants ?!

Restaurants

Klezmer-Hois. Excellente programmation musique traditionnelle juive écoutée religieusement pendant le diner yiddish tout aussi scrupuleux. Belle atmosphère et toujours de l’émotion.Ul. Szeroka 6.Tel.: +48. 411.16.22.

El Red

Tout nouveau bien vu, joli design post industriel et viandes aux taquets pour cette adresse fréquentée par les forces vives de la ville.

Ul,Slawkowska 3. Tel.: +48.680.900.666.

28 07 16
Cracovie. Un voyage dans le voyage, Lodz !

Cracovie. Un voyage dans le voyage, Lodz !

C’est sans doute le secret des escapades réussies: glisser subrepticement un voyage dans le voyage.  Ce sera donc Lodz (prononcez « outche »), à deux heures de train de Cracovie. Sans doute pour sa dégaine post industrielle, en plein brutalisme. Cette ville connut sa magnificence avec le textile. C’était le Manchester de la Pologne avec 1200 usines superbement illustrée dans le film d’Andrzej Wajda, « la Terre de la Grande promesse » (1974). Elle fut en quasi banqueroute. Aujourd’hui, forte d’un spectaculaire travail de réhabilitation, la ville effectue un retour impressionnant. Une gare nouvelle place la ville à une heure de Varsovie, la Manufactura , complexe culturo commercial surgit sur 36 hectares avec un hôtel exemplaire (voir plus loin). Il y a même un festival de théâtre des pièces « agréables » « et désagréables » et comble de gentrification, un fashion week et ses premiers hipsters barbus.

...

Lire la suite

27 07 16
Cracovie. La musique pour mieux atténuer l

Cracovie. La musique pour mieux atténuer l’émotion

7. la musique comme pour mieux atténuer l’émotion

Tukan Debski a ouvert son café il y a une quinzaine d’année. Celui- ci est devenu un lieu hautement symbolique de l’esprit indépendant.  Couru par les artistes, les professeurs, (leurs élèves,donc), les expatriés, immortalisé dans le film « The mighty angel », le café donne régulièrement des concerts de jazz, joue abondamment Chet Baker, et déploie cet esprit propre à Cracovie: un réel détachement, une totale ouverture, une sorte de sérénité de ces villes épargnées par la destruction. La musique de partout, comme dans le quartier juif ou chaque soir au restaurant Klezmer-Hois, l’orchestre glisse les convives dans une imaginaire navette spatio temporelle. Fuir le silence et les rumeurs du passé.

...

Lire la suite

26 07 16
Cracovie. La religion, exploration de la grâce

Cracovie. La religion, exploration de la grâce

  1. C’est ici que fut tourné « la Liste de Schindler » (Steven Spielberg, 1993). La mémoire s’agrippe de partout dans le quartier Kazimierz à des immeubles, des cours, des places et leurs fantômes… Rattaché à l’usine d’Oskar Schindler, un musée d’art contemporain fore l’art conceptuel  et d’avant garde depuis les années 1990. On peut dire que la religion est partout dans la ville  « aux cent clochers » (119 exactement) . On a l’impression parfois que des cohortes se sont échappées d’un missel, tant les religieux parcourent la ville en soutanes, chacun marchant sur son nuage (ou son sérieux d’acier) avec le style propre à sa religion. Mocak. Ulica Lipowa 4. www.mocak.com.pl

...

Lire la suite

22 07 16
Cracovie. Quand il y a trop de monde, jouez les contrepieds...

Cracovie. Quand il y a trop de monde, jouez les contrepieds…

Cracovie , surtout l’été venu, est une ville embrassée par la terre entière. Il faudra donc déjouer les pièges des villes trop harcelées: se lever aux aurores, esquiver par les ruelles, siester aux heures chaudes. Miser sur les quartiers excentrés, pique niquer près du Zoo, s’abstraire à Nowa Huta ,  abuser des berges de la Vistule, repiquer la nuit venue, trouver des planques et surtout ne jamais sombrer dans la neurasthénie touristique, les chenilles de piétons, les achats de l’inutile.

...

Lire la suite

21 07 16
Cracovie. Tiens, je ne connaissais pas les bars à lait...

Cracovie. Tiens, je ne connaissais pas les bars à lait…

Ultimes vestiges de l’époque communiste , les bars à lait (bar mleczny en polonais) proposaient dans les années 60 des repas à base de lait et de crèmes, équilibrés et pas chers. Aujourd’hui, ils sont toujours là, mêlant personnes âgées et les plus démunies, touristes désarmés devant les tarifs et le regard lourd des matrones en cuisine. Il suffit de désigner les plats en disant « to » ce qui signifie  « cela » en polonais. « To » donc: les pierogis au fromage (ruskie), à la viande (miesem), aux fruits (zowocami); crudités, salades, soupes comme le borcht (barszcz en polonais), soupe à la tomate, aux champignons, aux cornichons, au boulgour… On en sort un peu sonné, bravement rassasié.

...

Lire la suite

20 07 16
Cracovie. Où retrouver Joanna...

Cracovie. Où retrouver Joanna…

le graphisme, l’aiguillon de la ville: Joanna Karpowicz

Pour rien au monde, cette jeune artiste n’irait vivre à Varsovie (trop dure). Elle préfère Cracovie pour son spleen, ses brumes, sa dimension provinciale. Elle aime les cafés, les places et le petit bois près du zoo. Elle y puise son inspiration, les lumières du matin et de ses personnages oscillant entre Hopper, Magritte, Steven King et une rêverie polonaise.

Pour la suivre dans ses pas: le café Szafé, la Bomba (Plac Szczepanski 2/1), Alchemia (Kazimierz, ul. Estery 5 ), le restaurant veggie Glonojad ( Plac Matejki 2); les burgers de Streat Slow Food ou encore le charme de Miód i Malina (Grodzka 40). Joanna aime lézarder sur les transats du  Forum Przestrzenie, parmi les hipsters fraîchement rasés par le barbier installé derrière la brasserie.

...

Lire la suite

19 07 16
2. Cracovie. Le goût de la ville ? L

2. Cracovie. Le goût de la ville ? L’intériorité crémeuse

Si la Vistule imprime à la ville son tempo lacté, l’allégorie peut filer vers sa dimension crémeuse, douce, loin de plats de Huns, épicés et intrusifs. A l’image de cet étal du marché, les nourritures fonctionnent dans un registre paisible, longeant l’immaculé des crèmes et des fromages, rejoignant les carnations, les songes et les mots. On pourrait même pousser le trait plus loin avec les pierogis (ces raviolis fourrés) et l’intériorité de la ville. Sans oublier les roulés, comme si la ville dans sa configuration lovée, se tournait sur elle même, s’enroulait dans son idée. Etait ainsi fidèle à elle même. Une ville comme Cracovie forme un tout, une dimension quasiment palpable: il suffit de se poster au bord du fleuve, de croquer dans une pâtisserie locale, regarder les passagers du soir et vous tiendrez alors la vraie dimension de la ville.

...

Lire la suite