Paris. Aux Bons Crus, version Bastille

Pop

Aux Bons Crus, version Bastille

Décidément, Paris a besoin de jouvence. De prendre une bonne douche, comme si les menus dégustations, l’emphase ampoulée, le brutalisme autiste, les trilogies asexuées, les pâtissiers mentaux nous avaient encrassés les neurones. Ajoutez à cela une bonne dose de Michelin nord coréen et ses petits chanteurs à la croix de bois alignés comme au défilé, il y a de quoi envie de prendre la tangente, se boucher les oreilles, ouvrir les fenêtres, changer les matelas. Ça tombe bien, voici les Marches (Paris 16eme) venu se dédoubler du côté de Voltaire avec un mimétisme troublant. Le même restaurant dupliqué avec, pour tirer les ficelles, un groupe avisé (Auberge Bressane, Paris XVI, Villa des Ternes…): logiquement, lorsqu’on démarre, le moteur tourne illico. Il s’agit d’un « routier » dans toute sa splendeur à carreaux Vichy, sa candeur  de quenelles de brochet, de rognon sauce dijonnaise, d’oeuf mayo, de saucisson brioché à la lyonnaise, poireaux mimosa…Même aux murs, d’antiques cartes bistrotières encadrées (la Cloche d’Or, Chez Georges, au Relais de la Batelière, le Coq Hardi…) semblent sortir de leur linceul pour zieuter le bazar. La clientèle du Onzième pourrie gâtée par les ouvertures quasiment quotidienne a déjà vite pigé que les plats avaient de la conversation témoin ce chou farci volubile et décomplexé faisant un rentre-dedans d’enfer. Les frites du steak au poivre ont de la conversation même si ce dernier est un peu grammé dans son volume. Le test de la mousse au chocolat est impitoyable dans ce genre de construction. Bien souvent, le genre est bâclé, alourdi, terrible dans ses tourments, celle-ci est lubrique à souhait, cacaotant dans les amers et ne sucraillant pas dans le chocolaté. Le service a tout pigé, développe un style enjoué sans le surjouer comme s’il avait deviné que l’on vient dans ce genre de table pour manger des plats dont on connait déjà les couples, le refrain…Ce sont des plats de réconciliation, de consolation. Les tables parisiennes sont comme les soufflets de l’accordéon, respirant, expirant….

Les meilleures tables. Il y a des boxes extra pour quatre dans le milieu de la salle, sinon dans l’entrée à gauche…

Dommage.

À emporter. La bonne humeur ambiante

Aux Bons Crus, 54, rue Godefroy-Cavaignac, 75011 Paris. Tèl.:01-45-67-21-13. Fermé le dimanche.

Décibels. ah ça y va, 94 db dans les grands moments !

Mercure. Au fil de la soirée, la température monte: 22°c.

L’addition: comptez 30 euros.

Minimum syndical. Direct le chou farci 14,50 euros

Verdict: ben, oui !

No Comments

Leave a Reply