Le 52, j’habiterais au dessus…

DSC00294

…que je descendrais volontiers prendre mon cappucino et mon jus de carottes à la pomme et à l’orange. Petit souci, je n’habite pas au dessus. Alors traverserai je la ville pour découvrir cette adresse hautement sympathique ? Non.

DSC00300Car, le 52 ressemble à cette nouvelle génération de restaurants vifs et dociles à la mode. J’y ai trouvé l’atmosphère fringuante, sympathique, conviviale. Mais depuis la rive gauche, j’ai.  La clientèle est à l’aise, détendue et sincèrement, ça vibre bien. L’assiette bouge correctement, pas de quoi fouetter un moine. Foccacia à la courge, chèvre et syphon de potimarron un peu brouillonne. Certes. Lieu jaune à la grenade ou encore la joue de cochon laquée au gingembre…  C’est bien. Mais pourquoi, faut il à chaque fois avoir envie de s’agenouiller. J’étais sans doute mal réveillé, mes compteurs pas bien calés. Et il manquait un barreau à mon tabouret. Recommandable à 2000m à la ronde.DSC00302

52, rue du faubourg Saint Denis, 75010 Paris.

Pas de réservation: grrrr… Ouvert tous les jours jusqu’à 23h: bravo !

3 Comments

  • Reply
    Benjamin
    7 janvier 2015 at 8 h 55 min

    Merci pour cette précision kilométrée ! Personnellement, c’est de cette manière que j’évalue tous les restaurants : combien d’arrondissements, le rapport saveurs/ambiance/prix justifie t’il de traverser ? Mon champion à l’heure actuelle reste L’Office dans le 9ème, imbattable…

    • Reply
      Claire Pichon
      8 juin 2015 at 11 h 32 min

      Benjamin, L’office est justement tenu par le même patron que le 52, elle est pas belle la vie ?

  • Reply
    marie
    8 janvier 2015 at 12 h 38 min

    Bonjour François Simon

    Je ne vous souhaite vraiment pas d’habiter au dessus d’un restaurant quel qu’il soit, même sympatique : (les odeurs, les cafards, les voitures qui se garent devant votre immeuble ; des fumeurs toujours dehors ; du bruit forcément) ; il vaut mieux s’offrir une centrifugeuse et faire ses jus et une cafetière pour faire son capuccino ; et traverser Paris pour manger ; de deux maux il faut choisir le moindre ;

  • Leave a Reply