C’est quand même marrant, mais les desserts du Meurice

je n'y arrive pas

Pourtant le personnage fait l’unanimité. Cédric Grolet, on l’adore. Pour ma part, je n’ai pas de chance. J’avais déjà tenté un dessert au grand restaurant gastronomique, mais je ne fus guère emballé par un dessert certes bon, mais guère sexy comme sorti d’une devanture de pâtissier. Dans ces cas-là, je ne m’entête pas. J’imagine que dans la vie, on passe parfois à côté. Mais devant les assauts d’une passionnée du genre, je me suis dit que ce serait idiot de rester sur une mauvaise impression et de stagner dans le lot des déçus. La soirée était donc paisible, et s’offrit l’opportunité de goûter tranquillement ce fameux saint honoré au café, facturé 23 euros à la carte du restaurant Dali. Et rebelote, l’ensemble était incroyablement dur, guère engageant, l’appareil crémeux était un chouia écoeurant (ce que j’adore) mais au final, grosse déception, si ce n’est les atmosphères inégalables de palace parisien…Rien que pour ça, j’y retournerai. Mais, au bar.

No Comments

Leave a Reply