Archives du tag: Saint Germain

02 03 14
Jeremy à L

Jeremy à L’Altro, classique mais pas trop

Saint-Germain-des-Près, nostalgie. Les caves ont disparu. Le jazz aussi. Place aux bistrots ambiance lounge et loft new-yorkais. On n’y danse plus comme dans les romans mais, surprise, il faut se faufiler rue du Dragon pour échapper à l’atmosphère confinée du quartier. L’Altro, c’est le chic branchouille de l’Italie sans sortir de Paris.

Décor en carrelage blanc nappé de noir, ça sent la déco Gainsbarre. Sale époque. A travers les vitres, dans la salle à manger, on aperçoit les cuisiniers qui s’affairent. Un Bellini, puis deux, et l’on oublierait presque que le service est (vraiment) trop lent. L’étage vous transporte en apesanteur. Pendant quelques minutes, on est presque seul, bien qu’on partage la salle avec des Anglais, quelques légumes grillés et une mozzarella un peu trop ferme.

...

Lire la suite

20 05 13
Aux deux Magots, le paradoxe du soleil

Aux deux Magots, le paradoxe du soleil

Ce que j’aime bien avec l’été arrivant, c’est la transhumance des cafés. Tout le monde passe en terrasse et la salle reste vide, comme ce dimanche aux Deux Magots, sur le boulevard Saint Germain. Paix royale, choix des tables, jeu des lumières. Pfuit, inestimable…(photo FS)

31 05 11
Paris: le Bonaparte enfin réouvert...

Paris: le Bonaparte enfin réouvert…

 Pour le Figaroscope, un petit tour dans un de mes cafés préférés…

"Tout bonheur commence par un petit-déjeuner tranquille" Somerset Maugham

Après trois mois et trois jours de travaux, le Bonaparte nouveau est de retour. Cela commençait à bien faire. Certes, il y avait le Flore pour patienter, mais celui-ci, à la longue, devient sursaturer, surexressif. C’est bien simple, il n’y aura bientôt plus d’inconnus dans ce café. Ce sera comme une réserve de chefs Mohicans avec leur grand chapeau de plume, leurs calumets. On passera devant. Ils nous regarderont presque envieux, feront des signes avec leur éventail, leur solitude célèbre. Il nous restera Paris, les autres terrasses. Les Deux Magots, certes (tout le monde en terrasse,   espacement royal à l’intérieur), mais, franchement, je préfère le Bonaparte, pour sa tranquillité, son calme olympien. Là, il y a du monde, mais on a la paix. Le pape, ni le Christ, ne s’arrêteraient ici . Une sorte de doux recul avec l’effervescence carabinée qui s’agite devant, c’est presque mieux. L’ensoleillement est meilleur (souvenez vous, l’exposition est similaire au Sennequier) et l’on a tout le loisir de voir arriver les silhouettes, les détailler sans faire les essuie glace. À moins que vous ne soyez un habitué, le nouveau Bonaparte ne vous sautera pas aux yeux avec un déluge de détails néo- new. Non, on a l’impression que l’on a juste passé le plumeau, alors que pendant trois mois, on est y allé quasiment à la dynamite. Les cuisines se sont ouvertes, le bar a reculé, les devantures sont en bois, la clim ronronne et une superbe banquette joue les arrondies dans la salle principale.

...

Lire la suite

29 09 09
Armani Caffe : mon penchant discutable

Armani Caffe : mon penchant discutable

J'allais dire: je vous connais par coeur. Ce qui est étrangement faux. Car je devrais. Mais j'ai comme le pressentiment que mon penchant pour l'Armani Caffé  (149,bd Saint Germain, 75006; 01.45.48.53.17) doit en chatouiller plus d'un (e). Trop cher (d'accord), trop enfants gâtés (d'accord, on pourrait même dire parents gâtés), trop bling bling et j'en passe.

Et alors ? j'aime bien lorsqu'un endroit est un peu "trop" car on en a jamais assez. Cela dit l'assiette est rigoureuse, souvent bonne et je suis dingo des glaces servies comme des crèmes glacées et non comme de la pierre. Les vins ont de la conviction. A tel point que si un jour on me ramasse écrabouillé sur le boulevard on saura pourquoi.

...

Lire la suite