Archives du tag: les meilleures adresses de San sebastian

07 04 12
San Sebastian: la morue et d

San Sebastian: la morue et d’autres belles adresses…

La morue

Poisson emblématique de la ville travaillé sous toutes les coutures. On peut le soir venu, prendre la navette et rejoindre Pasai San Juan et cette bonne institution doté d’un vivier en eau naturelle dans la quelle plongent les cordages des nasses du restaurant. Cuisine sans histoire mais valeureuse.

Pasai Donibane, la Casa Camara, San Juan 79. Tel. : 943.523.699. 45€.

Version:1.0 StartHTML:0000000191 EndHTML:0000004718 StartFragment:0000002935 EndFragment:0000004682 SourceURL:file://localhost/Users/NOUVEAUFRANCOIS/Documents/San%20sebastian%20(1).doc

...

Lire la suite

06 04 12
San Sebastian: la folie des pintxos

San Sebastian: la folie des pintxos

Grande folie de la ville, juste dans la vieille ville entre un coup de blanc (txakoli), de rouge (txikito), ou de bière (zurito), on passe d’une adresse à l’autre avec une préférence pour e lus inventif (Fuego Negro), la Cepa (pour son jabugo Joselito), Ganbara (champignons dont morilles tièdes). Attention c’est la ruée à l’heure des repas (14het 21h30) mais calme en début de service. A partir de 5-6€. Nombreuses formules dès 13€ avec assortiment de <pikotes>.


Astelena, Calle de Inigo 1. Tel 943.425 245

...

Lire la suite

06 04 12
San Sebastian: l

San Sebastian: l’oignon omniprésent

Il est aussi présent qu’à Roscoff apportant à la gastronomie locale cette douce densité. On le retrouve dans les nombreuses associations de pinxtos mais aussi chez Arzak dans une composition étonnante : le cromlech avec oignon foie gras thé et café (24,50€). ce fut le plat qui me retint le plus…

Alto de Miracruz, 21. Tel. : 943.278465.www.arzak.es.

Photo FS

05 04 12
San Sebastian: commençons par les grands...

San Sebastian: commençons par les grands…

L’ambition sereine

Depuis plus de 20 ans, les tables de la région vivent de façon décomplexée. Mieux, elles rivalisent avec cette liberté propre aux cuisines qui n’ont pas de grands comptes à rendre à la tradition. Voilà pourquoi des Arzak (père et fille) jouant un néo classicisme , ou plus radicaux comme  Pedro Subijana (Akelare), Martin Berasategui,  Aduriz (Mugaritz) cinglent avec sérénité et opiniâtreté.

Mais pour tout dire, je me suis un peu ennuyé dans ces grandes tables, à part celle de Mugaritz, les deux autres sont de belle facture mais trop raidis dans la posture…je pense notamment au dessert d’Akelare avec son nom imprimé en couverture…

...

Lire la suite