Archives du tag: critique culinaire

04 02 14
Bouh, Lapérouse, j

Bouh, Lapérouse, j’ai douillé grave…

Certes, il y a des adresses comme celle ci. Lorsqu’on pousse la porte, on sait que l’on va droit au strip-tease de sa carte de crédit. Au diable du reste les économies. On passe sa vie à en faire. Parfois, et c’est pour cela qu’on calibre, il faut oublier et se laisser aller. Soirée donc chez Lapérouse, petit salon et romance.

La dernière fois, je m’étais fait serrer sur le champagne proposé à l’apéritif et facturé à prix canon. Cette fois-ci, j’ai préféré naviguer vers un joli bourgogne (du reste, interchangeable) mais cette fois-ci, ce fut l’assiette. D’habitude, on prête un œil distrait à la prestation, la jaugeant en un quart de seconde. Mais cette fois-ci, alors que je faisais le malin, ma pupille est resté captée par la médiocrité de la prestation. Bah, cela arrive. Faut il le noter dans un petit coin de sa tête. De la vôtre également…

...

Lire la suite

06 12 13
Tokyo, tout nouveau dans l

Tokyo, tout nouveau dans l’immeuble Shiseido: L’Osier, le retour !


Après deux années de travaux et bien entendu la totale démolition de l'ancien immeuble Shiseido, voici le retour du restaurant l'Osier, avec son  nouveau chef, Olivier Chaignon, 34 ans, venu de chez Pierre Gagnaire-Tokyo. Cuisine en harmonie avec les lieux mais qui cherche encore sa vraie percussion; décor plutôt bien réussi par Pierre Yves Rochon, ce qui était loin d'être évident, à savoir un niveau – 1 ! Le restaurant terminé au mois de juin a pris tout son temps pour ouvrir puisqu'il a attendu le 26 octobre pour servir les premiers clients. Assez bluffant.

...

Lire la suite

05 12 13
Tokyo: Onsen et Chris Marker

Tokyo: Onsen et Chris Marker

J'oubliais de vous dire que le but de ce voyage était de faire également un papier sur Chris Marker et Tokyo. Il existe un ouvrage superbe, publié chez Herscher, nommé <Le dépays>… Il est question de onsen… Précisément, ce soir, 17 heures, rendez vous est pris aux bains publics…Photo extraite de ce livre qui vaut une petite fortune (450 euros sur amazon.fr)…

04 12 13
Tokyo: la bonté de Koyama et sa fille, Sachiko

Tokyo: la bonté de Koyama et sa fille, Sachiko

A la limite, tout est dit dans cette photo. Voici donc Sachiko Koyama, la fille de Koyama-san et son fameux restaurant Aoyagi. Cuisine kaiseki de belle volée, délivrée avec humeur et bonté dans ces déroulés qui nous émerveillent à chaque fois par leur sens du produit, l'esthétique et surtout ce qui me touche le plus, ce sont les gestes du don: à mex yeux, tout ce que devrait être la cuisine…Touchante complicité familiale de surcroit, il  y a de quoi tomber sous le charme…

...

Lire la suite

03 12 13
Tokyo, 16 heures, thé avec Sayo...

Tokyo, 16 heures, thé avec Sayo…


Quel plaisir de retrouver Sayo à Tokyo!

A ma grande surprise, elle était même venue en kimono !

Je l'avais rencontrée à Paris. elle travaillait alors au restaurant Bizan et par un subterfuge urbain , j'avais réussi à partager un thé avec elle au Café de la paix. Puis,de fil en aiguille, nous sommes devenus amis. Nous rencontrant de temps à autre, correspondant sur un mode lunaire. Et puis voila, retrouvailles à Tokyo, au salon de thé de l'Imperial Hotel, au 17 eme étage, vue superbe sur la ville…Echanges de cadeaux, se donner des nouvelles (elle travaille maintenant chez Okura), promesses de se revoir encore et encore, et voila, comment la vie peut être douce…

...

Lire la suite

01 12 13
Tokyo: dès l

Tokyo: dès l’arrivée, les Saisons de Thierry Voisin

L'avion s'est posé vers 19 heures. Foncer alors prendre le Narita express, se faire aider par un préposé à casquette. Trop adorable, pianotant à la vitesse de l'éclair sur les écrans tactiles et prenant le soin de glisser dans une enveloppe le reçu et de nous mettre en mains les tickets adéquats. Cinquante minutes plus tard, nous étions à la Tokyo station, la grande gare. Sauter dans un taxi, s'enregistrer à l'hôtel, prendre une douche et boung, à 21 heures, nous étions assis au dessus d'un dîner concocté par Thierry Voisin. Cuisine remarquable de tenue et d'élégance, de classicisme dépoussièré et d'allant posé,presque humble.

...

Lire la suite