Archives du tag: crêperie

08 09 11
Paris, la nouvelle crêperie Rochon/ Roellinger

Paris, la nouvelle crêperie Rochon/ Roellinger

Je vous avais promis de vous dire quelques mots sur la nouvelle crêperie ouverte par Rochon et fils avec le soutien de Olivier Roellinger

La Bretagne en Deustche Gramophon

 Ouh là, celle là, on ne l'attendait pas ! Un petit ovni blond et croustillant, un frisbee chic, un vinyle black and white. C'est le dernier cri parisien, une sorte de hourra en silex, un gémissement de mammouth du quaternaire : Olivier Roellinger     avec Stéphane Rochon et Jean Yves Rochon ouvrent une crêperie chic à Paris, rive gauche, cela s'appelle la Compagnie de Bretagne. Attention, pas de taverne enfumée, ni d'antre en bois macérée années 60, de déglingue Montparno à la truelle. Non, du nickel , du style, du chic façon Hampton's, bordure Ralph Lauren, c'est tout juste si l'on ne s'esclaffe pas en gaélique. Bientôt, on ne devrait pas tarder à voir Hermès faire des kebab tranchés par Alain Ducasse reteint en brun et torse nu, Dior supplier Thierry Marx de pondre des billes vitaminés d'Eau Sauvage. En attendant, la Compagnie fait le plein. On se croirait dans une revue de décoration, avec toujours comme éléments presque de trop, les clients. Pas grave, nous y étions, bronzés et en chemises ouvertes. C'est le nouveau chic : délié pour faire le plein. Mais à propos, que vaut l'assiette ?

...

Lire la suite

21 07 11
Paris, déjà les nouvelles adresses de la rentrée...

Paris, déjà les nouvelles adresses de la rentrée…


Il ne faut pas croire mais la rentrée est déjà en place. Nous en reparlerons tranquillement fin aout, en attendant, notez bien cette creperie haut de gamme ouverte par Olivier Roellinger avec M. Rochon. Impec et nickel classe avec bien entendu des produits superbes. La Compagnie de Bretagne, 5, rue de l'Ecole de Medecine, 75006 (01.43.29.39.00). Comptez 11,50€ la galette complete. (photo F.Simon).

11 05 11
Guérande: le bonheur contemplatif de la crêpe

Guérande: le bonheur contemplatif de la crêpe

Le bonheur contemplatif de la crêpe

Contemplatif ? Vous êtes sûr ? Car il en faut une sacrée ténacité pour s’affronter à une galette complète jambon-œuf fromage ! Il faut surtout un vrai recul, une faim de bûcheron, pour gravir le monticule. Rien de plus compact que cette fausse dune replète. C’est un terrain miné de bonnes intentions, une petite oasis gorgée de beurre salé, un atoll scélérat. Vous êtes à la Salorge, sur la commune de Saillé,non loin de Guérande. Déjà, un soleil grec vient fumer sur les marais salants. Entre les murs épais de cette maison basse, s’affairent un trio de femmes tout en sourires, en rondeur et en complicité gourmande. Le décor est tortoré à sa façon de proposer des fleurs, du point des croix, de l’astiqué. La clientèle est comme assujettie à la réputation du lieu : une citation au guide Michelin. Et puis, et puis….
<Est il vrai que notre président est venu ici ?>. Oui, dit la patronne rosissante. Alors nous prendrons comme lui ; galette tomate et galette complète. Quelques enfants courent entre les tables, se pincent les doigts dans la porte qui mène au jardin <magnifique>, soupire un papa exténué par sa progéniture. La galette arrive bien vite avec son cœur orangée, ses plis et replus de prélats, sa fausse banalité. Logiquement, on y fonce sans réfléchir, avalant comme s’il s’agissait d’une étourderie. En fait, il n’y a pas plus violent comme assaut calorique, c’est un peu comme un foie gras avec ses surdensités. Du reste, celui ci figure au menu dans une galette spéciale, hautement colorée : foie gras maison, confiture de figues et tumulus de salade. Celle ci n’est pas traitée à la va que j’te, mais avec amour (<On aime ça ici, la salade> confesse la patronne), vinaigre maison, quelques noix et des feuilles joliment vigoureuses. On s’aperçoit alors que la galette s’inscrit non point au patrimoine immatériel de l’humanité mais dans ce paysage si touchant dans sa façon de ne pas déranger la fusion entre le ciel et la terre ; juste la ligne plate, au plus bas, de l’horizon, les marais salants, les œillets, et leurs minces talus. Paysage comme voûté, lisse comme et blanc comme une hostie. Se glissant dans la boîte aux lettres, la galette la crêpe et sa rusticité bonhomme, bonne femme. La gastronomie n’a pas forcément besoin de se prendre le chou pour exister, elle triomphe également dans ces instants plombés, costauds, locavores à souhaits. Vous verrez le Fooding ne va pas tarder à redécouvrir l’engin, et bombarder une bigouden en égérie nationale…
(photos F.Simon).

 

30 04 10
Cancale, la totale du Breizh Cafe

Cancale, la totale du Breizh Cafe


 Lorsqu'une idée (une table) est bonne, il y a toujours une continuité. Logiquement, le sourire l'est, l'esprit des lieux. Avec son adresse de Cancale, l'équipe du Breizh Café offre à présent non seulement la crêperie (au rez de chaussée) mais au premier étage, un restaurant japonais et au dessus, quelques chambres d'hôtes avec une vue superbe sur la baie de Cancale (à partir de 89 euros). On peut quasiment passer son séjour ici. La table japonaise est plus que correcte avec la ferveur appliquée des serveurs et les tâtonnements attendrissants des locaux réclamant des couverts et s'etonnant de devoir retirer les chaussures. Cela change pour tout dire des pantacourts de la promenade et des sacs banane. 7 quai Thomas (02.99.89.61.76). www.breizhcafe.com (photo F.Simon) 

...

Lire la suite

23 11 07
La crepe n’avait pas la frite

La crepe n’avait pas la frite

Finalement, rien de plus aléatoire qu’une crêpe. C’est un peu comme la pizza, les frites, les pâtes. Il suffit que la cuisson soit un brin distraite et voilà votre fait d’armes passer à gauche, votre morceau de bravoure tire-bouchonner. Un début de service hésitant, un jour sans grâce, un automne atone, une défaite de son équipe préférée et voilà que le monde boitille. C’est pour cela aussi qu’aller au restaurant appartient à cette douce incertitude. Jamais on ne saurait garantir le sans-faute, encore moins le génie, les coups de Trafalgar, la victoire. Ce soir-là, j’avais emmené quelques poussins entraîner leurs dents de lait sur l’une des meilleures galettes de la Bastille, la Crêperie bretonne fleurie… de l’épouse du marin.

...

Lire la suite