02 03 15
je ne sais pas pourquoi, mais le lundi, il faut que je déglingue...

je ne sais pas pourquoi, mais le lundi, il faut que je déglingue…

Mandarin Passy, quelque peu paresseux…

C’est sans doute le quartier qui veut cela. J’ai toujours pensé qu’un quartier (qu’une ville, une contrée) pouvait influer sur la cuisine d’un chef. Par exemple, la cuisine d’un Jean Pierre Vigato s’est totalement épanouie en passant du 17eme barbant au 8eme un peu plus fringuant.

On pourrait longuement disserter sur l’influence qui bien souvent peut plomber l’évolution d’un chef et inversement, la galvaniser. Voila pourquoi dans cette adresse du 16eme arrondissement, je sentais avant même d’entrer le style des plats qui m’attendaient: vapeur un brin paresseuses, raviolis vietnamiens paisibles…Comme si il y avait une capillarité entre la clientèle et les plats…service amorti et malin.

...

Lire la suite

24 02 15
Paris. Déjeuner en paix à la Maison de la Chine

Paris. Déjeuner en paix à la Maison de la Chine

Récemment pour M, le supplément du Monde, je suis allé faire un tour dans cette adresse quelque peu oubliée…

il y a des lieux comme celui-ci qui se dérobent. Rien ne les annonce. L’immeuble est solide, il hébergea jadis une salle de cinéma. Depuis , la Maison de la Chine, une agence de voyages sur mesure, occupent les lieux. Il faudra déambuler et se demander si l’on ne s’est pas trompé d’adresse.Non. Parfait, donc.

A l’abri des fâcheux et du tumulte ouaté de Saint-Germain-des-Prés. La salle est superbe dans ses volumes, les céramiques et leur géométrie colorée, le calme amplifié par la sérénité de la pièce. On ose à peine bouger son tabouret. C’est un tort. Car il le faudra bien pour se rapprocher des nourritures. Celles-ci ont la vertu de ne pas être envahissantes ni de trop se rappeler à elles-mêmes.

...

Lire la suite

04 09 14
Que vaut Lili, au Peninsula de Paris ?

Que vaut Lili, au Peninsula de Paris ?

L’avantage des palaces en matière de restauration, c’est que la plupart du temps, ils évitent de se prendre les pieds dans la triple moquette. De ce côté là, on blinde un maximum, quitte à perdre un peu d’argent,  il en va de l’image de marque d’une adresse, voire de toute une chaîne. Aussi, logiquement, c’est bien rare de tomber sur des catastrophes. A une époque, le groupe Barrière était assez champion dans l’art de louper un restaurant (on se souvient encore des débuts du Diane, à Paris), mais les autres groupes bétonnent à mort. Aussi , c’est plutôt rassuré que je me suis rendu au Lili, table chinoise, du Peninsula. A part les réservations grotesques avec leur pathos du faux débordement, j’étais donc seul ce samedi au déjeuner, malgré les exhortations de l’hôtesse pour que je n’arrive pas plus tard que 12h15.

...

Lire la suite

25 08 14
Je ne sais pas pourquoi, mais le lundi, il faut que je déglingue...

Je ne sais pas pourquoi, mais le lundi, il faut que je déglingue…

 Allez savoir pourquoi, mais ce jour de la semaine, vous avez envie d’envoyer tout balader. Et je ne vois pas pourquoi, je m’en priverai,  pas vrai ?!

Le surmoi des palaces

`C’est toujours touchant les débuts d’une adresse. Il y a là la belle fébrilité, l’élan scrupuleux, le glaive de l’excellence. Le nouveau Peninsula de l’avenue Kleber n’y échappe pas. Les réservations sont joliment coton. Plus de dîners disponibles au restaurant chinois pendant un bon mois. Et au déjeuner? Au téléphone, la réponse fuse:  » C’est 12h ou  14h ! ». Certes et 12h30 ? « Non, plutôt 12h15! ». Certes, certes. On s’attend alors à la grande ruée, la file d’attente, la chenille des impatients. Que nenni, j’était bien seul dans l’immense restaurant où une équipe de six-sept personnes vaquait sérieusement. Une table vint vers 13h puis une autre à 13h30… Bah, filons au dernier étage voir ce que donne l’Oiseau Blanc. Une demoiselle à l’accueil est au regret de nous laisser passer:  » Nous sommes en plein service ! ». Effectivement, en jetant un oeil dans la salle: grand vide et le chef les bras ballants attendant le chaland….

Cela dit, j’ai très bien déjeuné au Lili, le restaurant chinois…je vous en parle très vite…

...

Lire la suite

04 03 13
Miss Ko, vraiment vous souhaitez y aller ?!

Miss Ko, vraiment vous souhaitez y aller ?!

Pfuit, j’espère que vous aurez plus de chance que moi. Le Burger commandé bien cuit était saignant et froid, le black code peu frais et franchement douteux en bouche; les sushis quelconques et l’ensemble médiocre. Décor de Starck déjà trop vu…Sincèrement, no way…Carte gentiment simplette jouant avec les cuisines asiatiques sans réel talent… Désolant. Service serviable. Quelle déconvenue. 49, avenue George V, 75008 Paris.