09 01 14
Petite perle recommandée par Rita: Angelo et Jacqueline !!!

Petite perle recommandée par Rita: Angelo et Jacqueline !!!

Localisée par Rita , de Idéa Vino (c’est ici que je me fournis en vins italiens: sélection à tomber, c’est avenue Parmentier, à Paris, au 88 ) et répercutée par l’inégalable Gould, cette adresse récente du Onzième est une petite perle goûteuse à souhait. Nous étions donc Nicolas S., Gould et ma pomme à nous frapper le front devant ces plats emballants réalisés par ce bistrot sicilien: beignets de légumes, linguine au pesto et pignons; et ce dans une ambiance joviale, un brin sonore, mais harmonieuse à souhait: les voix, les rires étaient la pure péréquation des plats d’allant et de belle humeur…

...

Lire la suite

03 06 13
Caffé dei Cioppi, l

Caffé dei Cioppi, l’Italien qui me plait…


Avec Gould et Nicolas S. visite l’autre soir d’un restaurant italien franchement bon. Tout petit, joliment fréquenté avec une cuisine vive et allègre. Un vrai plaisir du début à la fin avec notamment la présence des chefs quasiment dans la salle. On a alors vraiment l’impression de faire équipe! Haute recommandation. 159, rue du faubourg Saint Antoine (01 43 46 10 14). A noter également, les trois tabourets donnant en direct… Comptez 35 euros.

14 05 13
Gustibus, un des meilleurs italiens du 11eme arrondissement !

Gustibus, un des meilleurs italiens du 11eme arrondissement !



L’été est presque là, les portes et les fenêtres sont ouvertes. La vie du XIeme bat son plein. On rentre lentement à la maison, la soirée fait ses étirements. Au restaurant italien Gustibus, c’est plutôt calme ce soir. Une table d’habitués qui coulisse en italien avec la patronne et c’est à peu près tout. Pourtant ce restaurant modeste est ouvert depuis bientôt un an avec un excellent chef Franco Della Vecchia, que l’on connut jadis à I Golosi, lorsque celui-ci excellait. Ensuite, il est parti un peu partout dans le monde avant de retrouver Paris et la rue Saint-Sébastien. J’étais venu juste à l’ouverture en plein été. Le restaurant était impeccablement rangé et la cuisine déjà au taquet. Sottement, j’avais oublié de faire un papier, Le Figaroscope étant au repos. Une dizaine de mois après, le lieu est fidèle à lui-même. Il a vécu. La vie a installé un léger bordel à l’italienne ; des factures dans un coin, des cartons de vin. Il y a là comme une sédimentation. Zucchero « Sugar Fornaciari » en musique de fond, c’est toujours réjouissant. Il est en pleine forme dans son Live in Italy de 2008, avec cet unisson langoureux gorgé d’incantations, de cuivres et de guitares.

...

Lire la suite